Marie-Sabine Roger

Posté par ribambelles le 11 décembre 2009

« La tête en friche » est maintenant au cinéma.

N’oublions pas cependant que ce film a été réalisé d’après le très émouvant roman de  

Marie-Sabine Roger  

 

Voici une présentation du début du roman et de l’auteur, ainsi que quelques extraits:

C’est l’histoire d’une de ces rencontres improbables qui peut changer le cours d’une vie : la rencontre entre Germain, la cinquantaine, presque analphabète, et Margueritte, une très vieille dame très érudite. Germain mène une vie tranquille entre ses potes, sa copine Annette et sa caravane, installée au fond du jardin de sa mère. Il n’a jamais connu son père, sa mère s’est retrouvée enceinte de lui sans le vouloir et le lui fait bien sentir. Et à l’école primaire, il était la tête de turc de son instituteur. Ses copains de bistrot l’aiment bien, mais se moquent souvent de lui. Pourtant Germain, loin d’être un imbécile, est un philosophe candide, un diamant brute dans lequel jamais personne n’a songé à tailler de facettes. Si sa tête est restée en « friche », c’est qu’on ne l’a pas cultivée. Un jour, il va rencontrer Margueritte qui va lui lire à haute voix des extraits de romans. Germain va découvrir la magie des livres, dont il se croyait exclu à jamais….

A 45-year-old man lives in a caravan at the back of his mother’s garden and passes his time between the bistro and public garden where he meets an old cultivated woman who introduces him to the world of books. His world is soon turned upside down. A very emotional story.

Marie-Sabine Roger a été institutrice en maternelle pendant dix ans avant de se consacrer entièrement à l’écriture. Elle écrit aussi bien pour la jeunesse que pour les adultes, et aborde des thèmes très différents d’une oeuvre à l’autre, mêlant humour et gravité, confrontant des registres opposés.

La première phrase:
J’ai décidé d’adopter Margueritte. Elle va bientôt fêter ses quatre-vingt-six ans, il valait mieux pas trop attendre.


Morceaux choisis:
‘Faire l’amour’, voilà bien un truc de gonzesse que j’aurais pas cru pouvoir dire. Comme quoi, il ne faut pas dire, Fontaine, je ne boirai pas de tonneau.

Margueritte, sans le vouloir, elle m’avait déclenché une sacrée envie de réflexion, comme une bandaison de la cervelle.

Je crois que ce soir-là, j’ai eu comme une crise d’intelligence. J’avais peut-être eu quelques accès, avant. Quand j’étais mioche, justement. Mais on avait dû me soigner tout de suite, à l’époque, Va jouer, nous les brise pas, fais pas chier, avec tes questions! Quand on te fait pousser sous cloche, tu peux pas t’élever bien haut.

Ce qu’ils mettent au dos des romans, je vais vous dire, c’est à se demander si c’est vraiment écrit pour vous donner l’envie. En tout cas, c’est sûr, c’est pas fait pour les gens comme moi. Que des mots à coucher dehors – inéluctable, quête fertile, admirable concision, roman polyphonique… – et pas un seul bouquin où je trouve écrit simplement : c’est une histoire qui parle d’aventures ou d’amour – ou d’ Indiens. Et point barre, c’est tout.

 

bande annonce du film: http://www.youtube.com/watch?v=WmBKmC6ez6g

 

Une Réponse à “Marie-Sabine Roger”

  1. cedric dit :

    ça a l’air très bien ce livre

Laisser un commentaire

 

effervescence |
Les élèves de CM2, classe d... |
Ingeniero en Agricultura |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Goutte d'encre
| Yvon Delvoye
| APHRODITE ET LES SOIREES SE...